Atychiphobie – la peur de l’échec

Connaissez vous l’atychiphobie (ou kakorraphiophobie) ? C’est le nom scientifique d’une peur qui fait bien des dégâts, la peur de l’échec. D’ici la fin de l’article, vous saurez comment la repérer et aurez des billes pour la vaincre.

Atychiphobie - la peur de l'échec

Cet article participe à l’événement « Comment rebondir après un échec ? » du blog « mieuxetreaunaturel.fr ». J’apprécie beaucoup ce blog, que j’ai découvert via l’article https://mieuxetreaunaturel.fr/psychisme-reprendre-le-pouvoir-sur-soi-6-21/

Définition

L’atychiphobie vient des mots grec “phobos” (peur) et ”atyches” (malchanceux). Selon wikipédia, c’est une peur anormale, exagérée et persistance de l’échec.

Symptômes de l’atychiphobie

Symptômes physiques

Comme beaucoup de peurs, l’atychiphobie peut présenter des symptômes physiques comme

  • une forte transpiration – N’avez-vous jamais eu les mains moites avant de passer un examen…?
  • une respiration rapide et votre rythme cardiaque qui s’accélère
  • des nausées

Symptômes émotionnels

L’atychiphobie (ou kakorraphiophobie) peut aussi provoquer des symptômes émotionnels.

  • le manque d’estime et de confiance en soi – vous vous dévalorisez et n’osez pas vous lancer même si vous savez que vous pourriez améliorer votre sort
  • la peur du regard des autres – vous avez peur d’être jugé si vous ne réussissez pas du premier coup.
  • le perfectionnisme – vous ne passez pas à l’action de peur de ne pas faire quelque chose de parfait
  • le fatalisme – vous n’êtes pas satisfait d’un aspect de votre vie, mais vous laissez faire le destin, qui sait, ça pourrait se régler tout seul
  • l’espoir crédule – vous achetez un billet de loto en rêvant à ce que vous ferez si vous gagnez ou faites confiance à des personnes qui vous promettent de grosses sommes d’argent si vous faites … (❗Attention aux arnaques ❗)
  • l’inaction – vous trouvez la vie injuste mais ne faites rien pour changer
  • la procrastination – vous remettez au lendemain ce que vous pourriez faire le jour même

Dangers de l’atychiphobie

Si vous ne vous débarrassez pas vite de cette peur, vous risquez de perdre confiance en vous et de vous enfermer dans une vie qui ne vous plaît pas.

Vous risquez d’avoir des regrets et de vivre dans le passé ou dans le conditionnel.

Vous risquez même la dépression ! Par peur de l’échec, certaines personnes n’osent vraiment rien tenter. Et ils finissent par s’en vouloir et **se laisser dépasser par les sentiments négatifs (**absence de fierté, sentiment de faiblesse, de toucher le fond…).

Se libérer de l’atychiphobie

Heureusement, tout le monde peut se débarrasser de la peur de l’échec !

Faire de son mieux

Comme le dit le 4e accord toltèque, faites de votre mieux. Pas plus, pas moins. Vous aurez la satisfaction d’avoir fait ce que vous pouviez et d’avoir atteint un résultat (même si ce n’est pas celui que vous attendiez).

Transformer sa croyance sur l’échec

Et si, au lieu de voir l’échec comme une fin en soi, vous voyez l’échec comme un apprentissage ?

Beaucoup de personnes voient l’échec comme quelque chose d’irrémédiable qui montre que vous n’êtes pas capable de réussir.

Si vous arrivez à voir l’échec comme un apprentissage, vous aurez envie d’échouer plus souvent.

S’améliorer en continue

Il y a une notion, le “fail fast”, qui consiste à chercher l’échec pour s’améliorer rapidement.

Les échecs permettent de valider des hypothèses et permettent de créer une boucle d’apprentissage.

Le tout est de tirer des leçons de ses erreurs pour ne pas les recommencer.

Si chaque échec vous apporte une occasion de vous améliorer et d’apprendre est-ce vraiment quelque chose de mauvais ?

Essayer quand même

Vous avez peur ? Essayez quand même !

Cela marche pour beaucoup de peur.

Souvent, vous verrez que la pire des choses qui peut vous arriver en vous lançant n’est rien comparé à la fierté d’avoir réussi à vous lancer. Même si vous n’avez pas été parfait.

Imparfait vaut mieux que pas fait

Préférez vous, pour votre anniversaire, un gâteau qui n’a pas forcément l’aspect que celui d’un pâtissier mais qui est fait avec amour, ou pas de gâteau du tout ?

Bon vous n’aimez peut-être pas les gâteaux mais vous voyez l’idée !

À trop vouloir la perfection, on passe à côté de belles choses.

Imparfait vaut mieux que pas fait alors n’ayez pas peur de l’imperfection !

Demander de l’aide

Parfois (souvent même), un simple appel à l’aide peut vous débloquer.

C’est bien de vouloir se débrouiller mais parfois une demande de coup de main à une personne qui maîtrise ce qu’on veut faire peut vous éviter l’atychiphobie.

Attention : lorsqu’on demande de l’aide, il faut être prêt à écouter ce que nous dit notre conseiller.

Lâcher prise

Détendez-vous !

On pourrait se moquer de vous si vous n’arrivez pas à faire ce que vous vouliez faire. Et alors ?

Ce qui se moquent sont souvent ce qui n’essayent pas.

Évitez de réfléchir à tout ce qui vous ferait échouer, ça vous stresse plus qu’autre chose.

Restez dans le présent, ne pensez pas trop et tout ira bien 😉.

Vos astuces pour vaincre l’atychiphobie !

Avez-vous déjà eu peur d’échouer ?

Comment combattez-vous cette peur ?

13 comments

  1. Merci pour cet article.
    Je ne connaissais pas le terme scientifique. C’est un sujet d’actualité pour moi, car je suis justement en train de changer mes perceptions sur l’échec et la réussite. C’est challengeant, mais passionnant !

  2. Merci pour ce très bon article, si déculpabilisant !
    C’est vrai qu’en France et souvent en Europe d’ailleurs on vit dans une société où un échec est vu comme une catastrophe, alors que dans d’autres pays c’est vu comme une leçon à retenir pour mieux rebondir. “Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends. » disait Nelson Mandela… mais encore faut-il essayer !
    Moi c’est le perfectionnisme qui me suit encore parfois d’un peu trop près, et j’en m’en méfie car c’est à cause de cette “qualité” que j’ai fait un burnout il y a quelques années ! Pour m’aider à lâcher prise, je prends une fleur de Bach particulière : Rock Water ! Et pour la confiance en soi, je rajoute souvent Larch.
    Si vous ne connaissez pas les fleurs de Bach et la façon très simple de les utiliser, j’en parle sur mon blog : https://madame-pas-de-soucis.fr/fleurs-de-bach-anti-stress-charge-mentale/

  3. Merci pour cet article qui redonne confiance en soi et confiance en l’échec ! J’ai toujours vu les échecs non pas comme une malédiction mais comme une bénédiction, on apprend tellement à la suite d’un échec, jamais de ses réussites car on ne remet pas en question ses réussites (pourquoi faire puisqu’on a réussi ? Ahah). Le plus difficile finalement pour moi c’est plutôt la peur du regard des autres et du jugement car on est très (trop) souvent jugés et critiqués, avec un manque de bienveillance. Ce n’est pas évident de prendre du recul vis-à-vis de ça. J’ai l’impression que c’est une spécificité française et c’est bien dommage.

    1. Les personnes qui jugent ou critiquent se basent sur leur propre vision des choses. Elles peuvent ne pas comprendre qu’elles font du mal.
      Mon conseil, c’est de faire de son mieux. Si tu fais de ton mieux, peu importe ce que pensent les autres, tu sauras que tu as fais ce que tu pouvais. Tu peux être fier de toi.
      Les personnes jugent la vision qu’ils ont de ce que tu fais. Ce n’est pas toi qu’ils jugent. J’espère que ça peut t’aider à prendre du recul.

  4. Merci pour cet article. Je ne connaissais pas le terme… Et je ne pense pas m’en souvenir dans quelques temps d’ailleurs 😁
    La peur de l’échec touche tout le monde à un moment ou un autre. C’est important de rappeler que cela permet d’apprendre et d’avancer…

  5. Bonjour Délia,
    Merci pour cet article éducatif et très bien construit !
    Je ne connaissais pas le terme d’atychiphobie… en tous les cas, je partage tout ce que tu as écrit !
    C’est aussi un apprentissage de considérer l’échec comme un apprentissage mais une fois qu’on y a pris goût c’est tout bon 🙂 et c’est tellement libérateur… ça devient presque un jeu ;-p
    Et avec tout ça, en avant pour agir ! 🙂

  6. “essayer quand même” est très certainement le conseil qui me parle le plus, parce qu’il ne nie pas ce que je ressent ni la possibilité d’un échec, contrairement à tous ces “t’inquiète ça va le faire” qui en fait sont plus négatifs qu’autre chose… Le plus difficile dans ce conseil c’est lorsque entre en jeux une responsabilité par rapport à d’autres, typiquement se lancer dans une démission lorsqu’on a une famille..

    1. Tu as raison Pierrick. Dépasser une peur ne veut pas dire prendre des risques inconsidérés.
      Je suis d’avis d’y aller par petit pas (un pas après l’autre 😉), d’autant plus quand nos choix peuvent impacter d’autres personnes.
      Je pense qu’on peut toujours limiter les risques. Les connaître peut aussi permettre d’atténuer la peur car on peut commencer par les lever avant de faire des choses énormes.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *